La conspiration du sucre dévoilé par le New York Times

Ce n’est maintenant plus un secret depuis plusieurs années dans la communauté des pratiquants de la santé.

Le grand méchant loup des maladies du cœur n’est pas le gras saturé comme on a bien voulu nous faire croire, mais bien le sucre.

J’ai vraiment eu un coup de cœur avec l’article du New York Times de Anahad O’connor paru le 12 septembre dernier : How the sugar industry shifted blame to fat ? En fait, comme l’explique l’auteur, un chercheur de l’Université de Californie à San Fransisco a mis la main sur des documents transformés par les mégas industries du sucre. Il a publié un article dans le JAMA, Journal of the American Medical Association, pour faire part de ses trouvailles.

Santon Glantz, auteur de l’article Sugar Industry and Coronary Heart Disease Research  du JAMA dit : ‘’ils ont été capables de dérouter les discussions sur le sucre pour des décennies’’

L’article prouve qu’en 1967 un regroupement appelé Sugar Research Foundation a payé trois scientifiques de Harvard de l’époque une somme équivalente à 50 000 $ aujourd’hui pour orienter des résultats de recherches qui blâmeraient le gras saturé dans le dossier des maladies du cœur.

Ce même article prouve que le lobbyisme de l’industrie alimentaire est encore bel et bien présent dans la façon de présenter les résultats et dans la sélection des articles à publier en matière d’informations santé délivrées à la population.

La question qui nous brûle un peu tous les lèvres en lisant ce type d’article c’est :

Quelle est l’influence sur nos vies de  ces compagnies multimilliardaires qui ont des industries financé par le sucre ?

L’an dernier le New York Post publiait Coca-Cola Funds Scientists Who Shift Blame for Obesity Away From Bad Diets. Cet article explique en gros que des millions de dollars ont été investis pour réduire l’incidence des articles de recherches sur les dommages réels qu’ont les breuvages sucrés sur l’obésité.

En gros je pense que c’est clair. Il faut s’ouvrir les yeux !

Il y a du lobbyisme partout pour les aliments qui sont vendus par des multinationales. Des recherches vont dans tous les sens en lien avec les aliments qui pourraient provoquer :

  • Le cancer
  • L’obésité
  • Le diabète
  • L’Alzheimer
  • La sclérose en plaques
  • La dépression
  • Et j’en passe.

Je sais que je le répète souvent, mais pour être en santé, il faut agir en santé. En d’autres termes, de vouloir croire que le Pepsi ou le Coca Cola ne sont pas trop nuisibles pour notre santé, c’est littéralement de vouloir se mettre la tête dans le sable.

D’un autre côté, je comprends bien que ce n’est pas évident de savoir ce que l’on peut manger ou pas. Ma recommandation simple et efficace, c’est de manger de vrais aliments cuisinés maison.

Nous sommes tous des machines humaines qui ont besoin de vrais nutriments sains, non transformés pour fonctionner.

C’est un article tangible et fiable qui prouve que l’on doit se méfier des produits transformés. Manger de vraies choses c’est la clé du bien-être.

Se faire sa propre idée sur ce qui est santé, ça nous appartient. Pour être certain de ne pas se tromper, manger du vivant, manger du vrai !

J’ai également un ebook gratuit pour vous, 101 trucs pour se sentir au sommet de sa forme. C’est un court texte qui risque de vous faire rire, grandir et, je l’espère, vous faire sourire plus souvent 🙂!

Simon Lemire
Kinésiologue B. sc. / spécialiste en santé, mieux-être

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire

La première étape de votre démarche FixÉnergie

Première rencontre